Bilan de Ruby (AMEL 54) à mi chemin de son tour du monde (Darwin)

13000 miles parcourus en 240j (8 mois) dont environ
100 nuits en mer
100 nuits au mouillage
40 nuits en Marina
Consommations:
Moteur: 570 H soit 2000 L de gazoil et 1 impeller
Générateur: 800 H soit 1000 L de gazoil et 4 impellers
Dessalinisateur : 200 H soit 36000 l d’eau
5 vidanges huile des moteur et générateur.
filtres moteurs et Dessalinisateur…
Un changement de la pièce d’usure de l’arbre d’hélice.
Pannes:
Électronique: Remplacement de la girouette, du calculateur pilote auto, et de la VHF
Moteur: changement des freins arbre transmission moteur
Gréement: changement d’un étai grand mat suite rupture 2 torons
Voiles: réparation/couture Parasailor, gennaker, grand voile, trinquette et foc d’artimon.
Dessalinisateur: changement de 2 embouts des tubes, et remplacement de la pompe basse pression et clapet.
réfrigération: remplacement d’une pompe alimentation eau de mer.
Hervé

De Thursday Island à Darwin

De Thursday Island à Darwin

Etape « down the wind » avec un vent très irrégulier, ce que Ruby n’aime pas beaucoup !! Parasailor, génois sur tangon, tout sera essayé ….Arrivée à Darwin le lundi 20 vers 22h30, en troisième position. De toutes les métropoles australiennes Darwin semble être celle qui a le plus changé ces dernières années. Tournée vers le continent asiatique, les éleveurs y exportent la totalité de leurs cheptels , les mineurs uranium , métaux précieux et bauxite ce qui permet de voir circuler sur les routes d’énormes camions avec 4 à 5 remorques. Mais la nouvelle manne vient des réserves sous marines en hydrocarbures du détroit de Torres. La ville a toutefois gardé son charme de ville frontière. Les backpackers assurent l’animation et l’on rencontre dans les restaurants de nombreux étudiants français et européens qui viennent travailler quelques mois. Les environs à cette époque sont très secs. La baignade en mer ou en rivière est bien sur interdite compte tenu de la présence des crocodiles. Après une journée passée dans le parc national de Litchfield, nous leur avons rendu une petite visite sur la rivière  Adelaide . Nous quitterons notre marina mercredi matin pour Bali (1000 miles ).

Survol en hélico de la barrière de corail : un spectacle époustouflant, fabuleux,…« gorgeous !!!! ».

Au départ de l’ile Hayman nous entamons un survol vers le reef au cours duquel nous avons la chance de voir une vingtaine de baleines. Nous arrivons ensuite au-dessus de la barrière de corail qui enchante par ses eaux turquoises et ses contours de coraux colorés, dont un, très connu, en forme de cœur. Après un passage le long de Whithaven Beach, nous nous dirigeons vers Hill inlet et Hook island. A l’approche de l’île nous apercevons en bordure de côte, une baleine immobile en surface,….elle venait d’accoucher de son bébé, flottant sur son flanc. Grande émotion ! Sur le vol de retour, l’hélicoptère se pose sur un rocher au sommet de l’île Hook nous offrant un panorama à 360° : Bluffant !

Une  merveille que les photos traduiront mieux que n’importe quels mots !

AMEL 54: Check the rigging!

«Check the rigging » une des importantes recommandations  de l’ARC avant
notre départ. Ils avaient raison !!. Après six mois de navigation, les
deux Amel 54 participant à ce tour du monde prévu en quatorze mois, sont
aujourd’hui immobilisés aux îles Fidji après la défaillance du même hauban
(gréement) sur le grand mat. Nous avons interrogé le service après vente
de la société Amel à la Rochelle : « Ceci est extrêmement rare sur un
bateau Amel, take pictures » !! Nous avons pris les photos…

Pour ceux qui ont la « chance » de posséder un Iphone vous pouvez suivre la progression de Ruby sur l’application Yellowbrick . On sera bon !!!!!!!!!