Voir « mon gars » à TONGA by Régine

Après un voyage périlleux de plus de 50 h avec 6 vols successifs, me voilà enfin arrivée chez nos RU(G)BYmen de Tonga. Quelle aventure : il faut vraiment les aimer pour arriver jusqu’ici ! : fouilles à chaque passage de douane et de Rx, ruses pour dissimuler truffes, foies gras, saucissons, terrines, chorizo, magrets fumés, café et autres produits « de la terre » ( en plus des pièces de rechange pour le bateau, d’une machine à café Nespresso – excusez du peu- et d’une VHF…). Le sentiment complice d’une « trafiquante » et, à l’arrivée, la satisfaction gourmande d’ouvrir les sacs de « contrebande » et de réapprovisionner nos marins des produits dignes du marché noir (seuls les confits de canard et gésiers (recommandés par notre ami Guy, grand spécialiste du tour du monde) ont été repérés et confisqués…. J ! Il fallait bien leur laisser quelque chose…..aux chiens des douaniers. Bonheur renouvelé de retrouver l’équipage en pleine forme et délectation sublimée de partager « en life » leur(s) aventure(s) du bout du monde. L’atoll  est aussi sauvage que paradisiaque, et le privilège d’avoir pu survoler (en DC3, ….avion de la 2è guerre mondiale) toutes les îles en arrivant, fut une émotion à couper le souffle : « la mer vue du ciel » est, je crois, encore plus belle.

Pas le temps de souffler : dès le 1er jour, visite de l’île en buggys plus que spartiates et découverte, du haut des falaises, de la côte opposée inaccessible en voilier : grandiose !

Au programme : plongée, farniente et « ne rien faire !!! » …comme dit Hervé : « le plus dur c’est de s’habituer »… mais on prend vite le rythme !!!!

Pensée à tous ceux qui bossent ….je compatis !

Niue

Après une traversée difficile compte tenu de la dépression annoncée sur le trajet, nous sommes arrivés sur la petite île de Niue le 23 vers 22h, en compagnie des 5 autres bateaux qui avaient pris l’option d’avancer leur départ. Une grand voile déchirée pour un bateau, un génois explosé pour un autre, mais tout le monde est content de se retrouver au yacht club de Niue, the“ Biggest little Yacht Club in the World“ accueilli par Keith pour un barbecue. Le lendemain ce sont les habitants qui vont cuisiner pour les équipages présents dans la baie et présenter un spectacle de danse. 1500 habitants vivent sur cette îles escarpée (falaises et peu de plages) située à 2500 Km au nord est de la Nouvelle Zélande, qui ne dispose d’aucune infrastructure portuaire. L’accès à terre est difficile, les dinghis devant être montés par une grue sur une petite jetée (un grutier par équipage !!!). Nous quittons Niue le 27 mai pour Vava’U dans l’archipel des îles Tonga : belle bataille pendant 36h entre Ruby et Serendipity qui passera la ligne d’arrivée avec une avance de 200m après de multiples virements de bord; digne d’une grande régate !!

Suwarrow

Ruby est arrivé le 18 mai au lever du jour à Suwarrow, atoll inhabité des îles Cooks. Suwarrow doit sa renommée à un ermite néozélandais, Tom Neal, qui a vécu une année sur le motu principal et écrit un livre « An island to one self ».  Aujourd’hui parc national, des rangers y séjournent six mois par an en dehors de la période cyclonique. Sept bateaux de l’ARC sont au mouillage en compagnie des requins (nombreux) et des raies Manta. Un grand BBQ est organisé sur la plage par les équipages, avec en dégustation une énorme murène pêchée par Glamorous Galah. Nous quittons cet endroit paradisiaque plus tôt que prévu compte tenu des prévisions météo pour Niue.

Bora Bora

Bora Bora

On est ébloui en arrivant par la mer par l’infinie variation de bleus et de verts de cet immense lagon. Bora Bora est l’île la plus visitée de la Polynésie française et les motus autour du lagon  sont aujourd’hui habités par de très nombreux hôtels construits sur le lagon. Les mouillages restent paradisiaques. Snorkelling dans le lagon pour découvrir des jardins de coraux  où l’on a croisé une magnifique raie Manta. Plongées en dehors du lagon avec les nombreux requins citrons. Bonne nouvelle, le nouveau calculateur du pilote est arrivé et fonctionne. L’ensemble des bateaux se retrouve au mouillage devant le sympathique Yacht Club “Mai Kai“ avant le départ de la quatrième étape vers les îles Cook prévu le dimanche 13 à 12h (locale)

Mc Coy aux commandes

Christopher malgré un plafond assez bas prend les commandes d’un PA 28, accompagné d’un instructeur (obligatoire), pour un vol de 2h30 autour de Tahiti Nui, Tahiti Iti, l’atoll de Tetiaora (atoll de Marlon Brando où se construit aujourd’hui un hôtel *****) et Moorea avec un impressionnant passage entre les sommets  de Tahiti Iti et un survol  de la périlleuse vague de Teahupoo à laquelle se mesurent les as du surf international (Billabong Pro) 

Tikehau

Nouveau joyau du pacifique : motus vierges qui semblent posés pour nous sur un océan à 30°. Anneaux de corail à peine émergés, plages de sable rose bercées entre les rouleaux de l’océan et la quiétude du lagon. Les eaux cristallines se déclinent en turquoises à l’infini. La douceur de vivre se conjugue au superlatif. Le temps semble s’arrêter au bout du monde. Mouillage devant le seul hôtel de l’atoll : un bijou. Margaret nous régale de ses bons petits plats arrosés par les meilleurs vins de la « cave » du capitaine.Motu du lodgeHervé danse le tamouré

Départ sous voiles vers Moorea (vent 14 noeuds secteur est , un régal) . Ciel magnifique de jour comme de nuit.

Rangiroa

Motu Rangiroa

Rangiroa est le plus grand atoll des Tuamutu (80 km de long sur 20 km de large). On y rentre  par deux passes (Avatoru et Tiputa) faisant communiquer le lagon intérieur avec l’océan. En fonction des marées, il existe dans ces passes de très forts courants (jusqu’à 6 nœuds) qui rythment les entrées et sorties des bateaux.  C’est là que nous récupérons Margaret et Régine, chargées de matériel  pour le bateau, de saucissons, jambons et terrines diverses qui vont nous changer du poisson quotidien….sans oublier le rosé.  Excellent dîner d’accueil sous la pluie, chez “Josephine“ (un resto local typique) pour fêter l’arrivée de nos moitiés ! Le lendemain, temps magnifique et nous partons en taxi boat, explorer plusieurs motus inhabités de l’autre côté du lagon pour terminer la journée au lagon bleu, (un endroit paradisiaque qui porte bien son nom), et y nager au milieu des requins pointe noire, très inoffensifs mais néanmoins impressionnants. Nous profitons aussi de cet endroit magique pour faire 2 plongées bouteille avec un moniteur qui nous emmène dans des sites fabuleux au niveau de la passe de Tiputa: de vrais aquariums ! Plongées exceptionnelles avant de partir à la découverte de l’atoll voisin (8 h de navigation) de Tikehau. Nouvelle émotion : nous sommes seuls au monde et avons l’impression d’être dans un décor de carte postale (les photos parleront pour nous) : bluffant ! La vie est dure ………

Nuku Hiva

Route vers l’île de Nuku Hiva et le village de Taiohae, la “capitale“ marquisienne. Les vallées sont les repères géographiques et nous commençons par celle d’Hakaui à l’ouest : falaises majestueuses, on remonte un peu la rivière à marée haute pour atteindre le village d’Hakaui , véritable jardin où les habitants vous proposent toutes sortes de fruits. La vallée se termine par l’une des plus haute cascades du monde (350m). Après un stop à Taihoae pour ravitaillement et plein de gasoil nous faisons route vers le nord pour découvrir la vallée de Hatiheu et la pension chez “Yvonne“, stop incontournable de la gastronomie marquisienne : magnifique baie balayée par la houle, dominée par des falaises déchiquetées de basaltes. Nous y avons rendez vous avec deux autres bateaux de L’ARC pour partager “une chèvre au lait de coco“. Accostage difficile, nous perdons au retour un skipper (tombé à l’eau) et une paire de chaussures, mais cela aurait pu être pire….Nous quittons Nuku Hiva le 1 avril pour Rangiroa dans l’archipel des Tuamutu car le vent est favorable.

Ua Pou

Accompagnés par les dauphins nous faisons route vers Ua Pou , une des plus grandes îles de l’archipel et probablement l’une des plus peuplées. Relief particulièrement accidenté, avec des pics basaltiques dont le mont Oave qui culmine à 1203 m. Arrivée vers 17h à Hakahau, nous prenons contact avec Jérôme et Elisa de la pension Pukuee. Un punch au gingembre et nous acceptons pour le lendemain un trek jusqu’à la vallée de Hakahetau (5h). Juste avant de partir nous rencontrons Jules sur le port, qui nous promet pour notre retour des citrons verts, des pamplemousses, des avocats et des bananes. Picnic dans la montagne, baignade dans une cascade et nous arrivons chez Pierrot, le “snack “ d’Hakahetau. Retour en 4X4 à Hakahau pour déguster une langouste préparée par Lisa, sans oublier Jules qui nous attend avec 30kg de citrons verts, 10kg de pamplemousses, 2 régimes de bananes et une dizaine d’avocats à charger sur le bateau.

Tahuata

Après quelques jours passés à  Atuona, village principal de l’île de Hiva Oa et un magnifique spectacle de danse  présenté par la troupe  de Hiva Oa, nous nous dirigeons vers l’île voisine de Tahuata où un des danseurs nous a conseillé de visiter le village de Hapatoni. (Les danses Marquisiennes sont essentiellement faites par les hommes, de véritables guerriers et se rapprochent fortement du “Haka“ que les amateurs de rugby connaissent bien). Si les plages du nord attirent beaucoup de bateaux, nous sommes seuls à Hapatoni. Existe-t-il un endroit où l’on peut manger quelque chose ce soir? Il faut demander à Liliane …….  et le soir nous débarquons avec nos frontales car nous sommes invités chez Kalino et Marie Annick pour diner (au menu poisson cru et poulet sauvage que Kalino à chassé dans l’après midi quand il a appris notre venue).Diner chez Kalino et Marie Annick