Traversée de la Réunion à Richards Bay en Afrique du Sud

Après une soirée Halloween où les équipages ont fait des prouesses pour se déguiser, le départ est donné avec un vent de 25 à 30 nœuds sud ouest non prévu (au près). Un peu chaud la ligne de départ !!!. Les premières 24 heures vont faire souffrir les équipages et les bateaux, puis le vent va progressivement s’orienter plus classiquement sud sud-est. Il nous restera à nous faufiler au milieu des courants océaniques importants dans cette région. Au sud de Madagascar Ruby dépasse le catamaran japonais Umineko ce qui sera l’occasion d’une petite fête bien française. Le vent faiblissant la ligne est mise à l’eau et Hervé va faire un exploit en ramenant  après 35mn de bataille une dorade de 1,30m qui pour être remontée à bord sera anesthésiée au Pastis. Une baleine va nous accompagner quelques miles avant notre arrivée à Richards Bay. Marc notre équipier anglais s’habitue progressivement à la “french way of life“: il réclame son café et ne boit plus de bières …..!!!

 

La Réunion une île de contrastes

Traversée très inconfortable pour tous les bateaux (grosse houle et peu de vent) mais arrivée sportive et groupée avec 30 nœuds dans la marina du Port au nord ouest de l’île. Au cœur de l’île les trois cirques de Cilaos, Mafate et Salazie accolés au Piton des neiges (3071m) sont des paysages d’exception que nous avons découvert par tous les moyens possibles. Plus au sud ce sont les paysages lunaires de la plaine des sables et du Piton de la fournaise. Nous avons eu la visite d’Etienne et Julie qui ont réapprovisionné la cave du bateau en rhum. Ambiance très chaleureuse dans la marina où LouLou du bar le Forban et les bénévoles du Yacht club ont fait des prouesses pour nous accueillir. Nous repartons le 3 novembre pour Richard’s Bay en Afrique du sud avec un nouvel équipier (Marc, qui a quitté le bateau Brownwin).

Après une belle navigation, l’île Maurice

Depuis 3 jours nous avons Brownwin 4 miles derrière nous ….. “ A race between the two Amels“ dira Paul de l’ARC. Ne pouvant plus utiliser le Parasailor, Ruby va sortir toutes ses voiles pour arriver à Port Louis dimanche 14 octobre dans l’après midi devant Brownwin qu’il faudra remorquer passé la ligne d’arrivée (moteur cassé). Magnifique accueil des équipages déjà présents, de Paul et Suzanna (ARC) avec une corbeille de fruits et un verre de Rhum et de Margaret qui est arrivée dans l’île depuis plusieurs jours. Ludmilla, Gabrielle, Marc et Régine vont aussi rejoindre Ruby qui va profiter de cette halte pour sortir de l’eau et se refaire une belle “Sous marine“. Le Parasailor ne pourra malheureusement pas être réparé avant Cap Town. Il fait un temps superbe, le cyclone annoncé ayant fait sa route au nord de l’océan indien. Nous quittons l’île Maurice le 26 octobre pour la Réunion.

L’Indien

Nous avons quitté Cocos depuis 5 jours et avons enfin fait connaissance avec « l’Indien »! Après un premier jour et une première nuit tranquilles, « l’Indien » s’est réveillé vers 9H00 du 2ème jour. Le réveil a été brutal puisque nous n’avons pas eu le temps d’amener le parasailor avant la montée du vent. Résultat, quelques déchirures et un affalement très sportif sous 25 noeuds. Ensuite nous avons connu le ciel gris, la pluie et un vent de 25 noeuds qui s’est transformé en 30/35 noeuds! La mer a changé et nous avons alors vraiment connu « l’indien »! Creux de 6m, déferlantes, 3 ris sur chacune des voiles, on file à 9/10 nœuds aidés par 1 noeud de courant. Parfois une vague un peu plus grosse vient frapper la coque et passe par dessus l’avant, le cockpit et l’arrière. Bien protégés par la capote, nous restons secs et en maillots de bain! Très impressionnant. Le bateau est fait pour ce temps et se comporte super bien. D’ailleurs les 2 AMEL 54 de ce rallye se retrouvent côte à côte et dans le groupe de tête. Depuis hier le soleil est revenu et le spectacle est magnifique, indescriptible… Nous avons parcouru 1000 miles des 2300 miles qui séparent l’ile Maurice de Cocos, plus de 200 miles par jour de 24H depuis 3 jours, et espérons arriver à l’Ile Maurice dans une semaine si le vent le veut.

Bali

Départ de Darwin digne d’une grande régate grâce à un coup de vent non prévu, mais rapidement il a fallu se faire une raison et l’ensemble des bateaux a du se résigner à utiliser le moteur pour rejoindre Bali dans les délais. Dès notre arrivée nous retrouvons Fanny et Tanguy qui viennent de passer une semaine sac à dos dans la partie est de Bali, sans oublier un petit stop à Jimbaran et Ulu Watu. Ils ont amené les planches de surf et de body et nous partons au nord de Canggu sur un site que nous connaissons bien en face du Legon  pour 4 jours de rêve. Herve après un trip vers le volcan et le lac  Batur , visite Ubud, Kuta et Denpasar en scooter, et découvre  la circulation à Bali, un régal !!!!. Nous nous retrouvons le 15 septembre dans la marina pour préparer le bateau pour la traversée de l’océan indien et l’avitaillement au Carrefour local. Deux stops sont prévus : Christmas Island et Cocos Island avant l’arrivée à l’île Maurice vers le 15 octobre. Départ le lundi 17 septembre

De Port Vila à MacKay en Australie

Après un stop de quelques jours à Port Vila c’est le départ le 19juillet pour l’Australie et la barrière de corail (1200miles). La traversée va être difficile pour tous les bateaux en raison d’une dépression située plus au sud : vents très irréguliers entre 5 et 33 nds avec une mer très agitée. Arrivée le 25 juillet à MacKay, 5è derrière Gunvor, Anasthasia , Windancer, et Working on the dream.

L’arrivée en territoire australien impose de se soumettre au passage des contrôles sanitaires et douaniers ; ceux-ci se révèlent être particulièrement sévères et pointilleux (plusieurs heures de fouille complète pour chaque bateau) avec obligation de jeter toutes les denrées périssables : beurre, œufs, fromage, viande, fruits et légumes. Triste gâchis mais le règlement est incontournable ! Heureusement que le vin n’est pas « périssable » !

Le contraste du temps est brutal : c’est l’hiver en Australie et la température a subitement chuté ( 5° la nuit et 15° le jour) : il faut ressortir les pulls, polaires, couettes …et même les chaussettes . On oublie le baignades : l’eau est à 18°, mais le soleil et le moral sont au rendez-vous !

Régine nous rejoint le 30 juillet chargée de cubis de rosé (Siouviette pour les connaisseurs !!) et de blanc villadéen, et surtout d’un gros jambon (merci Bernard) qui a échappé à la vigilance du flair des chiens douaniers de l’aéroport.

La grande barrière de corail s’étend sur 2000 km et est inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco. Elle est composée de 3 entités : le côte continentale, le lagon et les îles, et le récif corallien plus au large (le Reef). La largeur du lagon entre la côte et le récif varie beaucoup du sud au nord : 150km à hauteur de MacKay au sud, 30km au niveau de Cairns au nord. Il est parsemé de 600 îles de toutes tailles coralliennes (cayes) et non coralliennes (anciennes collines détachées du continent) que nous allons visiter en remontant vers le nord et vers la chaleur qui n’est pas loin.

Tanna ! Une émotion !

On a perdu ……de peu ! Disons qu’on a été “gentle(sailor)men” ! Après 48h de navigation, Serendipity est arrivé……. 6 miles devant nous.  Nous sommes rentrés dans la magnifique baie de Port Résolution le 11 juillet vers 16h devant Beatoo  (0,250 miles) et Wind Dancer, après une course serrée qui nous a tous beaucoup amusés. Dès notre arrivée, invitation de Phil et Andrea sur le catamaran Anasthasia pour un apéro … un de plus … regroupant, dans l’euphorie, tous les équipages présents. Après les formalités faites sur place grâce au “yacht club“ et Werry, c’est la découverte du village  d’Ireupuow et d’une population qui nous accueille avec une générosité et une simplicité émouvantes, nous faisant partager leurs habitations et leur mode de vie. Ils nous reçoivent avec sourire et gentillesse, timidité et pudeur, et nous sommes tous profondément touchés par la noblesse de leurs qualités humaines, leur dignité dans la pauvreté  et la bienveillance de leur accueil. A aucun moment on ne ressent cette sensation habituelle de “voyeurisme“ ou d’indélicatesse, tant ce peuple est authentique et vrai. Ce sont les derniers jours de l’école avant les vacances et les enfants chantent pour nous accueillir. Le soir c’est David et sa famille qui nous reçoivent dans leur “petit restaurant “ aménagé en bord de plage. Le lendemain, comme le veut la coutume, après les danses de “Bienvenue“ ce sont les échanges de cadeaux entre les habitants d’Ireupuow et les équipages, suivis d’une soirée organisée et préparée par le village. Ce fut aussi l’occasion de dire au revoir aux deux bateaux qui quittent le rallye : Serendipity et Glamorous Galah qui rejoignent la Nouvelle Calédonie et l’Australie. L’ascension du volcan Yasur, toujours en activité, en 4X4 et à pied, restera un autre moment inoubliable. Nous repartons le 13 juillet, conquis par le charme et l’hospitalité sans borne des habitants de Tanna, pour faire route vers l’île d’Efate et Port Vila, la capitale du Vanuatu.

Musket Cove et départ pour le Vanuatu

Charmante petite marina accessible uniquement à marée haute qui a permis le regroupement de l’ensemble de la flotte et de retrouver certains équipages que nous n’avions plus vus depuis plusieurs semaines, sans oublier un événement musical important : le concours de chant choral à bord de Ruby avec les équipages de Glamorous Galah, Serendipity et Mr Blues.  Le départ pour l’île de Tanna au Vanuatu donné entre les récifs avec un vent de 10 à 15 nds, a permis une belle navigation groupée pendant les premiers miles, grâce à un bon balisage des deux passes.  Petite info : un diner est en jeux dans cette étape entre Ruby et Serendipity ….. Rendez vous à Tanna !!

Bora Bora

Bora Bora

On est ébloui en arrivant par la mer par l’infinie variation de bleus et de verts de cet immense lagon. Bora Bora est l’île la plus visitée de la Polynésie française et les motus autour du lagon  sont aujourd’hui habités par de très nombreux hôtels construits sur le lagon. Les mouillages restent paradisiaques. Snorkelling dans le lagon pour découvrir des jardins de coraux  où l’on a croisé une magnifique raie Manta. Plongées en dehors du lagon avec les nombreux requins citrons. Bonne nouvelle, le nouveau calculateur du pilote est arrivé et fonctionne. L’ensemble des bateaux se retrouve au mouillage devant le sympathique Yacht Club “Mai Kai“ avant le départ de la quatrième étape vers les îles Cook prévu le dimanche 13 à 12h (locale)

Papeete

Christopher et Clémence sont arrivés de New York et équipent Hervé de tous les supports techniques pour les prises de vues sous marines, qui vont être rapidement utilisés au cours d’un très beau  “snorkelling“ à Moorea avec de multiples raies tigrées. Malheureusement la “GOPRO“ ne survivra pas à sa première recharge. Christopher s’engage à nous fournir notre carpaccio de thon quotidien, nous en restons pour le moment aux boites de thon et aux belles salades préparées par Margaret. Retour sur Papeete pour le rendez vous de l’ARC : les 30 bateaux sont présents dans le port pour les résultats et la remise des prix de la troisième étapes Galapagos Marquises :  Ruby va recevoir le prix du bateau le mieux placé avec un équipage réduit (2 personnes) devant Bronwin (2 personnes) Pour le 25 avril,  Tpunch sur Ruby avec les citrons verts de Uapou.