Ua Pou

Accompagnés par les dauphins nous faisons route vers Ua Pou , une des plus grandes îles de l’archipel et probablement l’une des plus peuplées. Relief particulièrement accidenté, avec des pics basaltiques dont le mont Oave qui culmine à 1203 m. Arrivée vers 17h à Hakahau, nous prenons contact avec Jérôme et Elisa de la pension Pukuee. Un punch au gingembre et nous acceptons pour le lendemain un trek jusqu’à la vallée de Hakahetau (5h). Juste avant de partir nous rencontrons Jules sur le port, qui nous promet pour notre retour des citrons verts, des pamplemousses, des avocats et des bananes. Picnic dans la montagne, baignade dans une cascade et nous arrivons chez Pierrot, le “snack “ d’Hakahetau. Retour en 4X4 à Hakahau pour déguster une langouste préparée par Lisa, sans oublier Jules qui nous attend avec 30kg de citrons verts, 10kg de pamplemousses, 2 régimes de bananes et une dizaine d’avocats à charger sur le bateau.

Tahuata

Après quelques jours passés à  Atuona, village principal de l’île de Hiva Oa et un magnifique spectacle de danse  présenté par la troupe  de Hiva Oa, nous nous dirigeons vers l’île voisine de Tahuata où un des danseurs nous a conseillé de visiter le village de Hapatoni. (Les danses Marquisiennes sont essentiellement faites par les hommes, de véritables guerriers et se rapprochent fortement du “Haka“ que les amateurs de rugby connaissent bien). Si les plages du nord attirent beaucoup de bateaux, nous sommes seuls à Hapatoni. Existe-t-il un endroit où l’on peut manger quelque chose ce soir? Il faut demander à Liliane …….  et le soir nous débarquons avec nos frontales car nous sommes invités chez Kalino et Marie Annick pour diner (au menu poisson cru et poulet sauvage que Kalino à chassé dans l’après midi quand il a appris notre venue).Diner chez Kalino et Marie Annick

Jacques Brel

Bien entendu notre arrivée à Hiva Oa s’est faite avec la voix de jacques Brel (un double CD préparé par Hervé), puis nous avons suivi sa trace. Il est partout présent, même sur les murs et repose aujourd’hui au sommet d’une colline  face à la mer.

Terre ! Terre !

Arrivée à Hiva Oa le 22 mars après 18 jours de traversée. Pas de mots pour décrire ce que l’on ressent une fois à terre, mais on comprend vite pourquoi Jacques Brel s’est arrêté ici. Outre la gentillesse légendaire des habitants, il existe à Hiva Oa une quiétude particulière, loin, très loin de l’agitation qui nous est coutumière. Nous sommes sous le charme, nous y restons quatre jours ….  et peut être d’avantage ……..

Les Marquises c’est loin !!

Première semaine sans trop de problèmes, rythmée par les quarts et les
changements de voiles, avec une option intermédiaire ouest sud-ouest compte
tenu de l’incertitude des prévisions à moyen et long terme. Bien entendu
comme toujours quelques défaillances mécaniques qui nous occupent
aussi. L’apéro au « sunset » reste un moment privilégié. Les prévisions météo
du jour pour la fin du parcours s’annoncent difficiles : pas beaucoup de
vent, ce qui risque de retarder notre premier resto… Enfin on bichonne
notre Parasailor car il nous aide bien. Il reste 1300 miles!

Galapagos Marquises

Parmi les derniers à franchir la « Start line » des Galapagos car nous avions décidé de partir avec le Parasailor et le spi d’artimon. Beaucoup de choses à faire, équipage réduit et surtout le pilote auto n’était pas trop d’accord pour se retrouver seul au milieu des 30 bateaux. Le soir, plus de vent, on a donc tout affalé et déclaré quelques heures moteur. Le lendemain, cap au sud-ouest sous génois et grand voile pour trouver du vent. Mercredi au petit matin 4 bateaux dans un rayon de 2 miles, c’est fun après trois jour de mer, quelques échanges en VHF, et vers 12h nous prenons le « grand virage » cap au 260 pour les Marquises. Parasailor et spi d’artimon sont mis en place avec quelques difficultés mais pas de photos car la presse n’était pas présente !! Les alizés sont là:18nds de vent Sud/Sud est. Tout va bien à bord. A l’heure où nous écrivons ces lignes il nous reste 2240
Miles à parcourir avec un ETA iles Marquises prévu le 19 mars au matin si les alizés nous restent fidèles…

La pression monte à Puerto Aroya

Tous les bateaux sont présents dans la baie avant le départ de la troisième étape prévu dimanche à 12h (locale) : 2900 miles pour rejoindre Hiva Oa dans l’archipel des îles Marquises. Dernières vérifications et réparations, vidange des moteurs, pleins et réserves de fuel pour certains bateaux (jerricans arrimés sur le pont), réserves d’eau pour ceux qui ne sont pas équipés d’un déssalinisateur, avitaillement pour minimum 3 semaines de mer. Reste à choisir la route. Les cafés avec wifi sont pris d’assaut pour télécharger les dernières prévisions météo. Ruby ira au sud pour chercher le vent (15, 20 noeuds espérés) L’ambiance a changé. Les équipages sont aujourd’hui “very busy“